sapiacaine2coeur

PASSION RUGBY EN VERT ET NOIR
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 BILAN SAISON TOP 14

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Localisation : Bondigoux
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: BILAN SAISON TOP 14   Mar 1 Juil 2008 - 14:09

UN CHAMPIONNAT AU TOP

lendemain du sacre du Stade Toulousain, le bilan de la saison 2007-2008 est très largement positif. Le spectacle et le suspense ont largement accompagné un exercice pourtant biaisé par un calendrier compliqué. Le rugby français en sort grandi, et on attend avec impatience la saison prochaine.
Finaliste de la Coupe d'Europe, Toulouse fait un beau champion de France. (L'Equipe)Une nouvelle ère

Il faudrait peut-être une Coupe du monde tous les ans en fait. Car cette saison d'après-Mondial tant redoutée, caractérisée par un calendrier marathon et très compliqué, a finalement débouché sur un feuilleton passionnant, qui s'est soldé en apothéose par la plus belle finale de l'ère moderne entre Toulouse et Clermont. C'est donc à se demander si l'extrême fatigue et les cadences démentielles ne sont pas positives pour l'intérêt du Top 14...La question est ironique, évidemment. Mais force est de constater que cette saison fut l'unes des plus belles de ces dernières années, sans doute la plus excitante depuis la création d'une poule unique, en 2004. Et paradoxalement, la Coupe du monde, l'absence des internationaux pendant le Tournoi, les doublons avec la Coupe d'Europe, les matches en semaine, toutes ces gangrènes ont peut-être aidé à accroître le niveau général.

Du suspense jusuq'au bout, du jeu, des essais, des matches de haut niveau, le championnat de France est devenu un modèle de sport spectacle cette année. La présence des deux meilleures équipes en finale a récompensé une saison spectaculaire, où le rugby national a su surfer sur la vague médiatique du mondial en France. Plus de licenciés, plus de monde dans les stades, plus de monde devant sa télé le week-end, plus de produits dérivés vendus, le Top 14 a indéniablement franchi un palier cette saison. Plus de stars (Kelleher, trois champions du monde sud-africains: Smit, Habana et Willemse...), plus d'essais, plus de spectacle, le terrain a suivi cette tendance exponentielle, et la LNR, qui fêtait cette année ses dix ans, ne peut que se satisfaire du bilan, même s'il faudra bien régler un jour les problèmes de calendrier.


Toulouse et Clermont, de belles vitrines
Dans le sillage de ses deux finalistes, le Top 14 version 2007-2008 fut intéressant en terme de jeu. Pour une fois, ce sont les attaquants qui ont été récompensés, et la victoire de ce rugby offensif et ambitieux est prometteuse, alors que le XV de France s'est engouffré dans la même brèche avec son nouveau staff. Depuis 2001, le Stade Français et Biarritz se partageaient les titres grâce à un jeu plutôt attentiste, qui consiste à contrer l'adversaire, et à le faire déjouer plutôt qu'à imposer son propre jeu. Efficace mais pas très spectaculaire. L'ASM et le Stade, qui ont largement dominé toute la saison, ont prouvé qu'on peut encore gagner en marquant des essais (plus de trois par match en moyenne). Meilleure équipe de la phase aller, Toulouse a finalement vaincu la référence de la phase retour, sans renier sa philosophie de jeu.

Dans le même ordre d'idée, Montauban ou Montpellier, les révélations de la saison, ont brillé par cette envie de mouvement et d'initiatives. Cela a permis au MTG d'arracher une qualification européenne historique. Brive, après l'arrivée d'Olivier Magne, s'est également sauvé en jouant. Le salut par le jeu, c'est une tendance nouvelle, et une excellente nouvelle pour le spectacle. Les grands battus de la saison devraient sans doute s'en inspirer. On pense évidemment au Stade Français, champion en titre et trop irrégulier, mais surtout à Biarritz, même pas qualifié pour les demi-finales, dont la fin de cycle est entamée. On peut espérer que tous suivront le mouvement la saison prochaine pour améliorer encore le spectacle. L'arrivée de Toulon et de ses stars devraient aller dans ce sens, alors que Mont-de-Marsan est monté en pratiquant ce rugby. On n'a donc sans doute pas fini de vibrer.


L'équipe type de la rédaction

L'exercice est toujours délicat, forcément un peu injuste et ne peut refléter dix mois de compétition. Notre rédaction a tout de même dressé l'équipe type de la saison. A l'arrière le choix est compliqué: Benoît Baby a manqué sa finale et n'a pas joué toute la saison, Cédric Heymans non plus. C'est donc Romain Teulet qui remporte les honneurs, grâce à sa précision dans les tirs aux buts et sa présence dans le jeu. Aux ailes, pas de match, la paire Nalaga-Médard n'a pas de concurrents. Les deux révélations de la saison, qui sont aussi les deux meilleurs marqueurs, ont éclaboussé les terrains du Top 14 de leur classe. Au centre, encore, ce sont un Toulousain et un Clermontois qui émergent: Yannick Jauzion a retrouvé le niveau qui en fait l'uns des meilleurs joueurs du monde à son poste. A ses côtés, après des débuts hésitants, le Sud-africain Marius Joubert a imposé sa science du jeu et sa puissance.

La charnière est atypique, mais elle fait rêver. A la mêlée, Byron Kelleher n'a pas d'équivalents, et le Néo-Zélandais a été fantastique toute la saison, surtout en finale, sur et en dehors du terrain. En 10, le Montpelliérain François Trinh-Duc a explosé, et ses premières sélections avec le XV de France montrent qu'il faudra compter sur lui dans les années en venir. La troisième ligne comporte aussi un joueur du MHRC, Louis Picamoles, le numéro huit moderne, puissant et technique que recherche le staff tricolore. Il grille sur le fil l'Italien du Stade Français Sergio Parisse, lui aussi excellent toue la saison. Il est entouré de Thierry Dusautoir, l'unes des références mondiales à son poste, et Yannick Caballero, symbole d'une épatante équipe de Montauban. En deuxième ligne, le choix est vite fait, et la paire Albacete-Nallet a fière allure. Devant aussi c'est du solide, avec les Clermontois Zirakashvili et Ledesma et le Toulousain Human.

L'équipe type:

Teulet - Nalaga, Joubert, Jauzion, Médard - Trinh-Duc, Kelleher - Dusautoir, Picamoles, Caballero - Albacete, Nallet - Zirakashvili, Ledesma, Human


Les chiffres

646. Le nombre d'essais inscrits cette saison en 185 matches, soit un peu plus de 3,5 par match.

18. Avec 18 essais, le Clermontois Napolioni Nalaga est le meilleur marqueur de la saison, en seulement 16 rencontres disputés. Il a marqué quatre essais de plus que Maxime Médard.

303. Le nombre de points marqués par Brock James, meilleur réalisateur du Top 14.

71,42. Le pourcentage de victoire à domicile.

4. Le nombre de matches nuls

22. Le nombre de cartons reçus par Montpellier et Albi, les deux équipes les plus indisciplinées du Top 14.

135. Le nombre de points de bonus marqués cette saison. 51 ont été des points de bonus offensifs.

604. Le nombre de joueurs qui ont participé au Top 14 cette saison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sapiacaine2coeur.editboard.com
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Localisation : Bondigoux
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: BILAN SAISON TOP 14   Jeu 3 Juil 2008 - 13:53

Les Top, les Flops
Toulouse qui truste toutes les finales et Clermont qui remporte le match des statistiques ont dominé la saison. A l'inverse, Biarritz a vécu un cauchemar. Retour sur les bons, et moins bons, élèves de la saison 2007-2008.





Les Tops
A tout seigneur tout honneur, le top du top (14) revient au Stade Toulousain. Auteur d'une saison exemplaire (titre national, finale européenne), les Toulousains ont toujours été présents en tête du championnat. Ni les doublons avec le tournoi, ni les matches en semaine n'ont pu dérouter les Haut-Garonnais de leur objectif. Bien sûr, ils ont lâché quelques matches (à Paris ou à Perpignan) mais le résultat final leur donne raison. Après sept ans de disette en Top 14, Guy Novès a prouvé que le rugby toulousain pouvait toujours allier ambitions dans le jeu et résultats.
Si le vainqueur final est beau, son dauphin n'en est pas moins méritant. Impossible d'oublier Clermont dans les Tops. En finissant premiers de la saison régulière, les Auvergnats n'ont pas grand-chose à se reprocher (meilleure attaque, meilleur buteur, meilleur réalisateur, meilleur marqueur d'essai). La saison parfaite n'était pas loin. Le 21 décembre 2007, les Jaunards signaient un des chef d'oeuvre de la saison en s'imposant à domicile face à Toulouse dans un match de toute beauté. Il ne leur reste plus qu'à trouver le supplément d'âme qui pourrait leur permettre de franchir la dernière marche.
Parmi les autres réussites de ce Top 14 2007-2008, citons Montauban qui se pose en exemple de stabilité depuis son retour dans l'élite et qui a décroché un ticket pour la Coupe d'Europe. Montpellier, de son côté, aura fait soufflé un vent de fraîcheur et largement contribué au rajeunissement du XV de France. Mais les Montpelliérains ont marqué le pas après un départ fulgurant.
Enfin, il ne faudrait pas oublier le retour d'Alain Gaillard à Castres qui a donné un sérieux coup de fouet, synonyme de parcours européen la saison prochaine.

Les Flops
Prétendant au titre, le Biarritz Olympique n'a été que l'ombre de lui-même cette saison. Privés de demi-finale, les Basques n'ont jamais été à la hauteur de leurs ambitions. La faute à une attaque insipide et à un jeu transparent. Symbole de cette saison cauchemardesque, la fébrilité des joueurs sur le terrain et le départ de l'entraîneur historique, Patrice Lagisquet.
La nouvelle équipe dirigeante de Brive espérait redonner son lustre d'antan au CAB. Las, le club a traîné comme un boulet un départ catastrophique tout au long de la saison. Le parachutage d'Olivier Magne en tant qu'entraîneur au terme de la deuxième journée n'était peut-être pas le meilleur des cadeaux à lui faire mais l'ancien international s'en est plutôt bien tiré. Il n'en reste pas moins que le club corrézien n'a assuré son maintien qu'à quelques journées de la fin de l'exercice.
C'est plus de gâchis qu'il faut parler pour Albi. Le club a largement gagné son maintien sur les pelouses du Top 14 mais n'a pas réussi à boucler son budget et se voit relégué en Pro D2.
Et comment ne pas évoquer le calendrier absurde qui a pesé sur cette interminable saison. Affiches tronquées, juniors envoyés au charbon, blessures à répétition et doublon Top 14/Tournoi n'ont pas contribué à donner une belle image de l'ovalie. Le point d'orgue étant atteint avec une tournée du XV de France qui commence le jour de la finale du Top 14. Et comme aucune instance ne semble vouloir se pencher sérieusement sur le problème, il y a peu de chances que cela change. C'est d'autant plus dommage que le taux de remplissage des stades n'a jamais été aussi haut. Pas sûr que la tendance reste à la hausse si Toulouse continue d'envoyer ses juniors à Perpignan.

A venir les révélations et les déceptions.
Bertrand Lagacherie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sapiacaine2coeur.editboard.com
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Localisation : Bondigoux
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: BILAN SAISON TOP 14   Jeu 3 Juil 2008 - 19:44

Le bilan : Montauban
Chaque jour, jusqu'à dimanche, retrouvez notre bilan du Top 14, club par club. Après Auch, Dax, Albi, Brive, Bourgoin, Bayonne et Montpellier, voici celui de Montauban. En se hissant à la 7e place du classement final, le club tarn-et-garonnais est la bonne surprise de ce championna



t.

TOUR D'HORIZON
Pour sa deuxième saison dans l'élite, Montauban a impressionné. En effet, au terme d'un exercice plein, le club a terminé juste derrière les ténors du Top 14. Une performance due à la régularité de l'équipe et à un quasi sans-faute à domicile (une seule défaite contre le Stade toulousain). S'appuyant sur un alignement aussi constant qu'efficace, les Montalbanais ont réussi à se hisser à la 7e place, synonyme de qualification pour la prochaine Coupe d'Europe. Une place acquise au soir de la 14e journée et qu'ils ont su conserver malgré la pression de Montpellier. Cette belle saison a été justement récompensée par les sélections en équipe de France de deux de ses membres : Ibrahim Diarra a participé au Tournoi des 6 Nations et Yannick Caballero est parti en tournée avec les Bleus en Australie.

LE TOP : la qualification pour la Coupe d'Europe
Impensable en début de saison, Montauban a réussi l'authentique exploit de se qualifier pour la prochaine Coupe d'Europe. Une première pour le club. Des résultats qui ont finalement dépassé toutes les ambitions de ses dirigeants et les espoirs de ses supporters. Dans cette compétition, le Stade Sapiac aura même le privilège de recevoir le Munster, vainqueur de la dernière édition, et Sale, le club de Sébastien Chabal. Une qualification qui, en tout cas, démontre l'énorme progression et la réussite d'une équipe qui était encore en Pro D2 il y a seulement deux ans.

LE FLOP : Les problèmes de financement du stade
Au terme d'une saison exceptionnelle sur le plan sportif, Montauban a connu une fin de parcours agitée. En effet, le club a été au cœur d'un litige financier impliquant municipalité et partenaires privés pour l'agrandissement des tribunes de son stade. Des problèmes qui ont quelque peu gâché la fête. Et surtout une situation qui a mené les Tarn-et-garonnais devant la DNACG et les a plongés dans une période d'instabilité. Ces péripéties ont eu, entre autres, comme conséquence de mener à la démission du président Patrick Bardot.
LE MEILLEUR JOUEUR : Yoan Audrin
Le trois-quarts – ailier ou centre - de 26 ans est incontestablement un des grands artisans des bonnes performances montalbanaises. Véritable fer de lance des lignes arrière, Audrin a participé à 23 matchs de championnat, inscrivant au passage la bagatelle de 6 essais. Pour sa deuxième saison au club, il a donc su se montrer décisif. Au point d'être devenu le chouchou des supporters. Celui qu'on appelle le « prince de Sapiac » a apporté le plus offensif que Laurent Travers et Laurent Labit, ses entraîneurs, attendaient de lui. Ses performances ne sont pas passées inaperçues : courtisé par les grosses écuries du Top 14, Audrin a pourtant décidé de rester fidèle à Montauban.

LA REVELATION : Ibrahim Diarra

A l'instar de son compère de la troisième ligne Yannick Caballero, Ibrahim Diarra a littéralement explosé cette année sous le maillot montalbanais. Solide, généreux et intraitable en défense, il est devenu, à seulement 24 ans, un des leaders de son équipe. Très bon sauteur en touche, il s'est également fait remarquer pour ses performances dans un des meilleurs alignements français. Des performances qui l'ont conduit jusqu'en équipe de France. Il a, en effet, fêté sa première sélection contre l'Italie durant le Tournoi des 6 Nations.

L'AVENIR[/b
]
Montauban s'est déjà montré actif au niveau des transferts. Des joueurs reconnus comme Delasau, Shvelidze, Rosalen, Lespinas ou Julien Laharrague ont décidé de rejoindre les rangs du club. Mais malgré ce recrutement ambitieux, il paraît bien difficile pour les Montalbanais d'être performants sur les deux tableaux l'année prochaine (Championnat et Coupe d'Europe). Cette Coupe d'Europe servira surtout de palier dans la progression des Montalbanais. Ils devraient donc se concentrer sur le Top 14. Objectif : confirmer la bonne saison qu'ils viennent d'effectuer et, pourquoi pas, intégrer les six premières places.

[b]LES CHIFFRES CLES

Meilleur classement : 3e (1 fois)
Plus mauvais classement : 10e (1 fois)
Classement attaque : 10e (420 points)
Classement défense : 6e (446 points)
Classement domicile : 5e (50 points)
Classement extérieur : 8e (13 points)
Meilleur réalisateur : Fortassin (212 points)
Meilleur buteur : Fortassin (202 points)
Meilleur marqueur : Audrin (6 essais)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sapiacaine2coeur.editboard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BILAN SAISON TOP 14   

Revenir en haut Aller en bas
 
BILAN SAISON TOP 14
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bilan saison truite 2010
» Bilan de la saison 2011 - 2012
» [DH] - BILAN de la saison 2006/2007
» BILAN SAISON 2015/2016
» L’heure du bilan saison 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sapiacaine2coeur :: rugby :: mtgxv-
Sauter vers: